septembre 2014

Vous êtes en train de parcourir l'archive mensuelle pour septembre 2014.

ELZO DURT  Deus ex machina

Du 26 septembre au 14 novembre 2014
Vernissage le vendredi 26 septembre de 18h à 21h.
12Mail / Red Bull Space, 12 rue du Mail, 75002 Paris.
infos@12mail.fr

Vous connaissez sans doute ses visuels sans savoir qui il est, 12Mail, l’espace d’exposition de Red Bull France vous propose de découvrir des travaux inédits d’Elzo Durt, le plus punk rock des illustrateurs Belges. Clovis Goux, critique musical au Magazine Lui nous présente ce drôle d’oiseau.

« Si les metteurs en scène de théâtre ont longtemps utilisé des cordes, des poulies et des poids pour faire intervenir Dieu sur scène (afin de dénouer des situations désespérées : c’est le principe du Deus Ex Machina), Elzo Durt n’a lui besoin que d’un scanner et de photoshop pour qu’il surgisse des entrailles de son ordinateur. Des machineries complexes du théâtre classique aux connexions sinueuses de nos circuits imprimés, la main de l’homme s’est toujours servi d’artifices afin de révéler le visage de Dieu. Les 15 images qui composent l’exposition d’Elzo Durt à la galerie 12 mail sont ainsi 15 facettes d’une seule et même obsession, 15 voyages dans une Bible de néon dont les versets auraient été écrits sur le comptoir d’un bar de Bruxelles par Elvis, les Sonics et Front 242.

L’évangile selon Elzo Durt se lit face à un flipper, au son d’un juke box qui diffuserait du rock’n roll, du garage et de l’Electronic Body Music. Trois âges de la musique adolescente qui accompagnent la main d’Elzo au moment d’assembler les pièces qui composent ses puzzles kaléidoscopiques. C’est en parcourant des livres d’images pieuses, des catalogues de manufactures, des ouvrages d’arts décoratifs ou des manuels de médecine qu’Elzo Durt élabore son bestiaire ; un véritable zoo dans lequel vous croiserez forcement des nonnes, des écorchés et des motards surgissant des flots, des flammes ou des abysses afin de vénérer l’apparition d’un œil dans le ciel.

Le graphiste et illustrateur belge retrouve ainsi le geste inaugural de Max Ernst qui avec les 5 volumes d’une semaine de bonté ou les sept éléments capitaux inaugurait en 1933 les montages d’après gravures tirées d’illustrés du XIXème. Mais si le surréaliste s’est souvent restreint au noir et blanc, c’est qu’il était trop âgé pour partager un acide avec ses héritiers du psychédélisme. Elzo a grandit à travers les visions de ces affichistes qui nous transportèrent over the rainbow dans une frénésie de sons, d’images et de couleurs. Il a également pas mal voyagé en compagnie des artistes soviétiques qui élaborent le constructivisme tel un véritable attentat visuel. Mais c’est en se perdant dans la collection de vinyles de son père qu’il attrapa une maladie incurable : une fascination pour les pochettes de disque.

Lorsqu’il sort de l’ERG – École de Recherche Graphique, à Bruxelles en 2003, c’est pour fonder sa propre galerie, qui sera la première base d’une invasion graphique de la Belgique, de la France puis du monde à travers des flyers, des affiches, des expositions de sérigraphies et des pochettes de disque qui célèbrent les noces de la mort et de la révolution industrielle dans un cathédrale art déco. Si on le retrouve à la communication graphique du Recycl’art, haut lieux de l’underground Bruxellois, et à la direction artistique du magazine Voxer, il réalise également un nombre impressionnant de pochettes et d’affiches pour des groupes de rock. Sa collaboration privilégiée avec le label Born Bad (on lui doit notamment les pochettes des Magnetix, Jack of Heart, Frustration ou La Femme) marque ainsi les esprits et il est désormais difficile de regarder l’une des images d’Elzo sans entendre le fracas d’une guitare électrique ou la rythmique martiale d’une synthétiseur. C’est sans doute ce qui le mène à fonder en 2011 son propre label, Teenage Menopause (JC Satan, Scorpion Violente ou encore Le Prince Harry) avec un ami parisien.

Mais Elzo Durt souffre d’un symptôme qui touche pas mal d’artistes travaillant sur ordinateur : les originaux n’existent pas. Pour conjurer ce maléfice technologique, et après avoir longtemps travaillé la sérigraphie, il nous propose ici pour la première fois, des images reproduites en grand format avec la technique du Diasec, un montage sur résine acrylique au rendu exceptionnel. Sa manière à lui d’honorer l’œuvre de Dieu (et un peu la part du diable). »

À l’occasion de l’exposition Deux Ex Machina, le label Born Bad publiera un 45 tours en édition limitée réunissant trois morceaux inédits de Pierre et Bastien, Cheveu et Violence conjugale.

All pictures © Valentin Lecron

Retrouvez Elzo Durt en interview chez Noisey, France Culture, Gonzaï et le site du Red Bull Studio.

Tags: ,

KENZO
Grace To The Nth Power
An Exhibition by DVDTKM et PARTEL OLIVA
September 22 to 24, from 10am to 6pm
Cocktail september 24th from 6pm to 9pm
12Mail / Red Bull Space, 12 rue du Mail, 75002 Paris.

english version below

La précollection automne-hiver 2014 de KENZO est à bien des regards un voyage au bout de l’étrange. Carol Lim & Humberto Leon, directeurs de création de KENZO, ont confié aux réalisateurs Partel Oliva et aux designers web/3D Kim Boutin et David Broner le soin de prolonger cette exploration de la façon dont la vie et l’art se répondent, se croisent et se diffractent. Le produit de leur collaboration est une installation vidéo 3D disponible en ligne : kenzo.com/fall2014.

Quelques jours avant le vernissage de Grace To The Nth Power, la galerie accueillant cette exposition inspirée par le mannequin soudano-américain Grace Bol est cambriolée. Plutôt que d’annuler, l’artiste remplace les oeuvres disparues par des vidéos montrant les voleurs à l’oeuvre. Les visiteurs sont admis un à un dans la galerie déserte pour assister à l’étrange montage/démontage de l’exposition. DVDTKM et Partel Oliva placent le visiteur du site dans la peau du visiteur de la galerie. L’espace 3D reproduit donc l’espace réel des vidéos et Grace se trouve mise en abyme, dédoublée, déployée à plusieurs échelles.

Oeuvres, site et vidéos seront exposés du 22 au 24 septembre à la la Galerie 12Mail / Red Bull Space, 12 rue du Mail, Paris.

The KENZO Prefall 2014 collection is a foray into the uncanny. Building upon the desire to explore the myriad, fractal reflections of art into life and vice versa, KENZO’s creative directors Carol Lim & Humberto Leon enlisted directors Partel Oliva and web/3D designers Kim Boutin and David Broner to create an interactive 3D and video experience available online at kenzo.com/fall2014.

Now, adding one more layer to this unabashedly meta project, Galerie 12Mail / Red Bull Space in Paris will display the artworks, videos and interactive digital piece inspired by Sudanese-American model Grace Bol.

Over the course of a few nights before the opening of Grace To The Nth Power, a solo show inspired by Sudanese-American model Grace Bol, all but one of the artworks are stolen from the gallery. Still, the exhibition opens, with the missing pieces replaced by videos showing the thieves at work. Visitors are admitted one by one into the darkened gallery, to witness the unmaking of the old show and the making of the new.

Initially, the gallery existed exclusively online on a dedicated website, as a WebGL 3D space the user navigates using their mobile device. It will now expand IRL, at Galerie 12Mail / Red Bull Space.

MORE INFOS
Contact presse 12Mail :
infos@12mail.fr
Contact presse Kenzo : Letizia Calcamo :
lcalcamo@kenzo.fr

Tags: ,