VLADIMIR BESSON Ici-même

VLADIMIR BESSON
Ici-même

Du 28 juin au 30 août 2013.
Vernissage le vendredi 28 juin
de 18h à 21h.

12Mail, l’espace de création et d’exposition conçu par Red Bull poursuit son travail de défrichage en produisant la première exposition personnelle de Vladimir Besson.

Ce jeune photographe parisien à l’univers noir et blanc, très rock’n’roll a déjà publié pour Vice, Mire et Entrisme et couvert le festival Villette Sonique. Nous avons demandé à son ami, le journaliste Julien Bécourt, de nous présenter son travail.

“A une époque où abondent les méme et où l’ironie est devenue un gimmick encombrant, les photographies de Vladimir Besson touchent un sentiment à la fois pur et pop, archaïque et dans l’air du temps. Elles incarnent la persistance du réel contre le flux reproductif – et restent profondément ancrées dans la mémoire, immanentes, suspendues dans l’éternité du présent.

Hic et nunc. Ici-bas. Ici-même. Magnétisme animal et connaissance par les gouffres. Poétiser plutôt que théoriser. Le plus anodin devient icônique, sans doute la réminiscence de ses origines slaves, des enluminures d’Ivan Bilibine ou des peintures de Gustave Moreau. Sans compter son goût pour les canons « gothiques » de pacotille, provenant autant des bandes dessinées de Tardi que de l’esthétique Black Metal, des flyers punks en photocopie comme des fanzines do-it-yourself. Avec pour mission de rendre le potache sérieux, le graveleux solennel, l’idiotie sublime – et vice-versa. Gummo chez Bela Tarr. Dostoïevski dans un squatt. Lovecraft en Seine-et-Marne.

Il émane des photos de Vladimir une quiétude surnaturelle. Plutôt que de déployer des tactiques, il détecte des présences. L’intimité s’y dévoile en clair-obscur, dans des contrastes pudiquement granuleux. Une incandescence propre à éblouir tout en obscurcissant. La déperdition de l’aura tant déplorée par Walter Benjamin retrouve chez lui des contours spectraux. Car Vladimir voit ce que nous ne voyons pas. Un noir et blanc opaque là où on croyait distinguer des couleurs printanières. Une expression machiavélique au lieu d’un sourire. Un paquet de clopes éventré transformé en totem. Une jeune fille endormie changée en momie dans son linceul. Postures et fétiches du quotidien saisis dans une nuit charbonneuse. Le temps d’un smiley en coin et d’une impulsion, du tac-au-tac. Lyrisme instantané. Séduction fugace. Amour de l’instant. Romantisme noir et humour décalé. Spéléologie de l’âme humaine.

On décèle dans ses photographies un monde non pas tel qu’on l’idéalise, mais tel qu’on le fantasme. Pas de tricherie pour autant, la vérité d’une situation se met elle-même en scène sous son objectif. L’instinct prime chez lui toujours sur la réflexion. Chien fou et warrior kid qui verserait presque une larme en revoyant un clip de Kino, le groupe new wave russe qui a bercé son adolescence. L’âme slave et le rire chaleureux dans sa ligne de mire. La grâce dans la précarité. La poésie dans la crasse. L’humilité en bandoulière et les mains dans le cambouis.

Tropismes et aporie. Mysticisme du quotidien. Chamanisme des bas-fonds. L’air de dire: C’est arrivé près de chez vous. Pour une fois, les rôles sont inversés. Les untermenschen ont le dernier mot. Noir Boy George a trouvé refuge chez Baba Yaga. Plus personne ne se laisse aveugler. Ce n’est pas un hasard si Vladimir se sent comme un poisson dans l’eau lorsqu’il se trimballe avec son appareil dans les catacombes: se retrouver toujours à l’origine et à la fin, à faire un pied de nez aux « choses sérieuses », à déjouer le macabre. Souffle léger, vapeur éphémère. S’en fout la mort. Aux innocents les mains pleines.

Et si le vrai dandy, c’était lui?”

12Mail est un lieu d’exposition et de rencontre conçu par Red Bull où sont exposés les travaux d’artistes et collectifs de talent, dans des domaines tels que l’illustration, le graphisme, la photo ou la mode.

MORE INFOS
Contact presse 12Mail : infos@12mail.fr
Communication Culture Red Bull France : solena.bertin@fr.redbull.com
Vladimir Besson : http://vladimirbesson.com

12Mail / Red Bull Space,  12 rue du Mail, 75002 Paris.

Tags: