JSBJ – Bartholomew (press release)

JSBJ Batholomew
Du 16 septembre au 17 novembre 2011
Vernissage le vendredi 16 septembre de 18h à 21h.
12MAIL… a Red Bull Space, 12 rue du Mail 75002 Paris.

A l’heure de l’omnipotence d’internet et de la dématérialisation des supports, 12MAIL donne la parole à un collectif qui promeut la photographie contemporaine par le biais de l’auto-édition de fanzines papier depuis 2007. Parmi les milliers de publications qui voient le jour quotidiennement, celles de JSBJ (Je Suis Une Bande De Jeunes) sortent du lot, de par la qualité de leur contenu, de leurs choix artistiques, du soin apporté à la mise en page et la pertinence des problématiques qu’ils abordent.  Nous leur avons donc proposé de piloter une exposition collective dont ils ont choisi le thème :  les années 90, celles de leur adolescence (et de la notre). Interview.

Pouvez-vous présenter rapidement JSBJ ? d’où vient le nom de votre collectif, quels sont vos parcours respectifs ? Etes-vous vraiment jeunes ?
JSBJ est un collectif qui rassemble 3 amis de longue date: Jérémie Egry, Nicolas Poillot et Aurélien Arbet. En parallèle de JSBJ, nous travaillons en tant que directeurs artistiques et photographes dans les domaines de l’art, de la mode et de l’édition. Je Suis une Bande de Jeunes est le titre d’une chanson de Renaud. Ce nom reflète pour nous l’idée de plusieurs personnes parlant d’une même voix et regardant la vie avec le même oeil. Et a priori, OUI nous sommes encore jeunes!

Pourquoi avez-vous choisi l’auto-édition? Quel regard portez-vous sur la croissance exponentielle des publications « auto-éditées » ?
Nous faisons partie d’une génération de transition. Nous avons connu une enfance et une adolescence où les livres et les CD avaient une place prépondérante. Puis internet est apparu de manière massive et est très vite devenu incontournable. Nous avons donc connu ces deux périodes et nous sommes très attachés à cela. En parallèle, via le graffiti, notre milieu de prédilection, nous avons connu le support fanzine/magazine comme moyen simple de diffuser son travail et ses images. Nous étions donc déjà intéressés par ce support a l’époque, bien avant l’engouement connu ces dernières années. C’est vrai qu’il y a de plus en plus de gens curieux et excites par ce type d’édition. Ce qui nous semble intéressant, c’est d’évoluer en recevant des sollicitations à la hauteur et continuer a proposer des projets de qualités.

Comment décidez-vous qu’une photo ou une oeuvre mérite d’être publiée ?
Ceci est extrêmement subjectif. Nous avons en tête un certain type d’images qui correspondent à nos attentes et aux idées que nous avons définies autour d’un projet précis. C’est donc assez naturellement que nous faisons nos choix. Par ailleurs, nous essayons de suivre les Artistes que nous avons publiés précédemment, on commence donc souvent par regarder leurs images. Mais il nous arrive aussi parfois de faire une demande ouverte autour d’une thématique, nous recevons alors une sélection d’images et faisons un choix.

L’exposition collective sur laquelle vous travaillez pour 12Mail trouve sa genése dans les années 90, qu’est ce qui vous attire dans cette période ?
Etant nous mêmes issus et de ce fait très influencés par les faits marquants et icônes de cette génération, il nous semblait intéressant de proposer une exposition autour de la thématique de l’adolescence en nous focalisant sur les années 90. En tant que curateurs / photographes, cette période est pour nous une source très riche de travail.  Nous avons d’ailleurs intégré certaines images à nous dans le show. Cette « double-casquette » curateurs / photographes n’a pas été un choix simple, mais nous avions certains travaux qu’il nous semblait pertinent de présenter pour l’intérêt et l’équilibre de l’exposition. Enfin, nous souhaitions présenter des travaux actuels produits par des artistes ayant grandis pendant les années 90 et montrer en quoi ces travaux sont révélateurs d’une évolution de la société et de la pratique artistique actuelle.

Comment avez vous choisi les artistes invités ? qu’ont-ils en commun ?
Nous souhaitions que toutes les images fonctionnent ensemble, comme si elles étaient produites par un seul et même artiste. De plus, nous ne voulions pas présenter uniquement des photographies (medium pour lequel les gens nous connaissent). C’est pourquoi nous présentons également des installations et une vidéo. Notre dernier livre Picture Sculpture traite du parallèle entre photographie et sculpture. Nous avons toujours été curieux des « oeuvres en volume », il était donc normal de réfléchir autour de la notion d’espace et de proposer des installations légères (sculptures minimalistes).

A quoi va ressembler ce « group show » ? Plus généralement, qu’est ce qu’une bonne exposition ?
Il nous est intéressant d’appréhender un projet d’exposition par rapport à un projet d’édition. Cela permet de penser les images différemment avec une notion de lieu et de dimension. La scénographie est en effet un exercice sensiblement différent de la mise en page. Suite a notre publication Bruit de Fond Background Noise, nous avons souvent entendu la remarque : « On dirait un catalogue d’exposition… ». Il était donc finalement assez logique de réfléchir à un projet d’exposition.  Les propositions que nous recevons évoluent dans ce sens et cette démarche nous intéresse particulièrement afin d’élargir nos travaux et recherches au rôle de curateur. Pour revenir a la thématique de Bartholomew, nous avons le sentiment que beaucoup de travaux produits actuellement trouvent leurs sources dans la période de l’adolescence, il nous est donc apparu comme une évidence de rassembler une sélection d’oeuvres afin de mettre en lumière cette période de la vie et cette génération en ce qu’elle a de singulier et de magique. Nous avons essayé de ne pas tomber dans les clichés de cette époque mais plutôt de l’évoquer de manière conceptuelle et visuelle en proposant une sélection d’oeuvres sensibles et profondément significatives de notre temps. Une « bonne exposition » est une exposition qui a du sens, qui parle de la société, et qui révèle des faits et éléments qui nous entourent au quotidien.

JSBJ – Batholomew, avec les œuvres d’Ann Woo, Amy Lombard, Andreas Banderas, Andrew Laumann, Aurélien Arbet, Brian Khek, Daniel Everett, David, Schoerner , Dmytrij Wulffius, Flemming Ove Bech, Grant Cornett, Israel Lund, Jason Nocito, Jérémie Egry, Marten Lange, Martin Oppel, Nicholas Gottlund, Nicolas Poillot, Ofer Wolberger, Piotr Lakomy, Samuel François, Santiago Mostyn, Sasha Kurmaz, Travesss Smalley, Victoria Hely-Hutchinson, Vincent Kohler.

Cette exposition à 12Mail coïncidera avec la parution de Batholomew, la nouvelle publication  de JSBJ qui sera vendue dans des points de vente sélectionnés et à la galerie. Plus d’infos sur les points de distribution sur le site web de JSBJ ci-dessous. 12mail est un espace d’exposition et de rencontre où vous pourrez découvrir des artistes et collectifs de talent, dans des domaines tels que l’illustration, le graphisme, la photo ou la mode.

MORE INFOS
Le site de JSBJ : JSBJ : www.jesuisunebandedejeunes.com
Le Tumblr JSBJ : http://jsbj.tumblr.com
Le texte du sociologue Joël Vacheron rédigé à l’occasion de l’exposition Batholomew : www.12mail.fr/2011/08/mwwwxc-adolescentia-aeternum
Facebook event : www.facebook.com/event.php?eid=252195168134681

Photo : Travess Smalley – Foam Form with Palm Tree

Tags: ,